• Vivre de la Parole

     
    En toute humilité et douceur, avec patience, supportez-vous les uns les autres dans l'amour.
    Ep,4,2


    «Humilité»: le mot grec est «tapeinophrosyne», le même mot que saint Paul utilise dans la Lettre aux Philippiens lorsqu'il parle du Seigneur, qui était Dieu et s'est humilié, s'est fait «tapeinos», s'est abaissé jusqu'à se faire créature, jusqu'à se faire homme, jusqu'à l'obéissance de la Croix (cf. Ph 2, 7-8). L’humilité n'est donc pas un mot quelconque, une simple modestie, quelque chose... mais c'est un mot christologique. Imiter le Dieu qui s'abaisse jusqu'à moi, qui est si grand qu'il devient mon ami, qu'il souffre pour moi, est mort pour moi. C'est l'humilité qu'il faut apprendre, l'humilité de Dieu. Cela veut dire que nous devons nous voir toujours à la lumière de Dieu; ainsi, dans le même temps, nous pouvons connaître la grandeur d'être une personne aimée de Dieu, mais aussi notre petitesse, notre pauvreté, et ainsi, nous comporter de manière juste, non comme des maîtres, mais comme des serviteurs. Comme le dit saint Paul: «Ce n'est pas que nous entendions régenter votre foi. Non, nous contribuons à votre joie» (2 Co 1, 24). Etre prêtre, plus encore qu'être chrétien, implique cette humilité.

    «Douceur»: dans le texte grec, on trouve le mot «praütes», le même mot que celui qui apparaît dans les Béatitudes: «Heureux les doux, car ils posséderont la terre» (Mt 5, 5). Et dans le Livre des Nombres, le quatrième livre de Moïse, nous trouvons l'affirmation que Moïse était l'homme le plus doux du monde (cf. 12, 3) et, en ce sens, il était une préfiguration du Christ, de Jésus, qui dit de lui-même: «Je suis doux et humble de cœur» (Mt 11, 29). Dans ces paroles aussi, par conséquent, «doux», «douceur», est une parole christologique et implique à nouveau cette imitation du Christ. Parce que dans le baptême, nous sommes conformés au Christ, nous devons donc nous conformer au Christ, trouver cet esprit de douceur, sans violence, convaincre par l'amour et par la bonté.

    «Patience», ou plus précisément la magnanimité, «makrothymia» veut dire la générosité du cœur, ne pas être minimalistes en donnant uniquement le strict nécessaire: donnons-nous nous-mêmes avec tout ce que nous possédons, et croissons nous aussi dans la magnanimité.

    «Supportez-vous avec charité»: c'est une tâche de chaque jour de se supporter l'un l'autre dans notre altérité, et précisément en se supportant avec humilité, apprendre le véritable amour.

    extraits d'une LECTIO DIVINA DU PAPE BENOÎT XVI :lire ici





    L'humilité c'est vouloir être connus pour ce que nous sommes et pour ce que nous avons fait, sans chercher à donner une image de nous-mêmes qui ne corresponde pas à la réalité. Cela signifie être prêts à faire tout ce qui est nécessaire pour mettre les choses en ordre avec les autres lorsque nous avons péché contre eux ou lorsque nous les avons blessés.

    La douceur nous incite à ne pas imposer notre manière de faire et à ne pas chercher à nous mettre en avant.

    La patience signifie attendre les autres, tout en les aimant, même s'ils sont dans l'erreur.

    Supporter les autres signifie que nous les aiderons dans leurs faiblesses.

    L'amour, c'est pour l'autre !
    Donner de l'amour est un acte merveilleux.
    L'amour est Divin.
    Respecter l'amour, c'est respecter Dieu.
    Les mots : Séparation, Temps, Distance, n'ont plus aucun sens.
    L'amour est comme Dieu, omniprésent.
    L'amour est dans notre cœur, dans notre esprit.
    Comme Dieu, il est toujours avec nous,
    Partout où nous allons, il ne nous quitte jamais.
    A l'heure de l'épreuve,
    Choisir le pardon, ouvrir son cœur,
    Aimer l'autre, tel qu'il est, avec ses différences.
    Aimer sans trahir, sans renier, sans prendre la fuite,
    Aimer l'autre, au-delà de ses faiblesses,
    L'aimer, malgré ses défauts.
    Comme Jésus, qui nous connaît si bien,
    Et qui nous aime malgré nos défauts, malgré nos faiblesses.
    Marcher ensemble dans l'amour et le respect,
    Avec douceur, avec patience,
    Et malgré les défauts et les faiblesses
    Continuer à aimer !



    Dieu qui as séparé la lumière et les ténèbres, toi qui as appelé la
    lumière « jour » et les ténèbres « nuit », arrache aussi nos cœurs à
    l’obscurité du péché et fais-nous parvenir à la vraie lumière qui est le
    Christ. Lui qui règne avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.